Le Brise Glace

7 > 11 fevrier 2018 / Annecy / Haute-Savoie

Soyouz Music

Tshegue + Altın Gün + Les Filles de Illighadad

21h00 @ Brise Glace

Afro Punk & Folk psychédélique & Blues touareg

  • Tarif :  
  • 10
  • 13
  • 16
  • 16
  • 18
+ Acheter un billet
Retour

Ce concert aura lieu au Brise Glace – en savoir plus

Tshegue

Afro Punk / France/République Démocratique du Congo

Gentiment mais sûrement, le néon « révélation » commence à clignoter au-dessus de Tshegue. Le buzz s’est même matérialisé sur la petite scène du récent festival We Love Green, quand plusieurs dizaines de spectateurs ont brusquement été happés par la transe, au rythme de turbines afro-rock qu’ils entendaient…
Lui, Nicolas Dacunha, natif de la banlieue parisienne, elle, Faty Sy Savanet, née à Kinshasa, grandi à Lemba, le quartier branché de la capitale congolaise, atterri à neuf ans en banlieue parisienne, avant de se révéler au micro avec le combo garage rock Jaguar.
Entre les deux, ça ne pouvait que fonctionner, une histoire de concordance des temps, une affaire d’énergie, l’essence à laquelle ils carburent chacun à leur manière, du genre singulière.
Entre ces deux électrons libres, pas mal d’atomes crochus : il suffisait juste que les planètes s’alignent pour que cette paire de complémentaires fasse des étincelles. Le nom du groupe, Tshegue, fait doublement sens : c’est le surnom de la chanteuse, c’est aussi le nom qu’on donne aux petits gars de la rue à Kinshasa. D’emblée, sa voix rauque et soul donne le diapason, ambiance rough, phrasé intense, boosté par des rythmiques épileptiques, tendance tribale. Survivor raconte entre les lignes le parcours d’une déracinée, les deux pieds plantés dans l’asphalte jungle, la tête tournée vers le terreau ancestral. Et ce qui suit suinte tout autant le bitume. Urbain, c’est certain, ce disque n’en témoigne pas moins d’un goût pour l’ambigüité, échappant à la pesante loi des catégories prédéfinies.
Noir et blanc, in & out, arty et catchy, DIY et ghetto blaster, minimal et dense, solaire et sombre, brut mais sophistiqué, spirituel et sauvage, homme et femme, tout est possible, tout se mélange en une transe insensée, qui nous touche corps et âme. Boom !

Altın Gün

Folk psychédélique / Turquie/Pays-Bas

Véritable révélation des Transmusicales 2017, Altin Gün offre un mélange passionnant de musique traditionnelle turque, de psychédélisme, de rock et de funk. Jasper Verhulst est bassiste de Jacco Gardner, quand après un concert à Istanbul, il en revient fasciné par le son de la scène turque des années 1970. À cette époque, des artistes comme Selda, Barış Manço et Erkin Koray combinent musique traditionnelle et influences rock et psychédéliques occidentales. À la recherche de ce son, Jasper s’adjoint les services de Ben Rider (guitare) et Nic Mauskovic (batterie) et via Facebook recrute deux musiciens turcs : Merve Dasdemir (chant) et Erdinc Yildiz Ecevit (voix, saz). Altın Gün est né ! Ils seront alors rejoint par le percussionniste de Jungle By Night Gino Groeneveld.

Les Filles de Illighadad

Blues touareg / Niger

Fatou Seidi Ghali et Alamnou Akrouni viennent de la région des Illighadad, en plein cœur de la brousse du Niger. Rarement on aura entendu des sons qui résonnent avec autant d’émotion que ceux des Filles de Illighadad. Fatou Seidi Ghali dirige ce groupe à la guitare et au chant, avec son jeu mesuré et calme, elle est l’une des seules guitaristes féminines de musique touareg, dans un monde dominé par le genre masculin. Ensemble avec ses cousines Alamnou et Madassane, au chant, elles vont droit à l’essence de cette musique des « Ishumars », la mélangeant sur scène avec la tradition du « Tende », enregistrant leurs morceaux dans un grand studio ouvert : le désert.
Une musique minimaliste, poétique et féminine où les rythmiques transes et ancestrales des « Tendes » viennent soutenir un blues lancinant et mélodieux. L’amour, la religion, les difficultés de la vie, la joie de la communauté, la glorification de la nature et la culture Touaregs sont les thèmes distillés au gré de leurs morceaux.